Des petites nouvelles

Tout d’abord, salut, bonne année hein… Tout çà.

Comme beaucoup d’entre vous, je suis chez moi et j’ai un peu de temps devant moi donc je le met à profit afin de reprendre un peu la communication.

On va parler un peu du passé, du présent et de l’avenir. Ce billet risque donc de s’étirer un peu, il risque donc d’être en plusieurs parties.

J’espère que vous allez bien, vous ne serez peut être plus très nombreux à lire ces lignes et je compte sur les quelques courageux pour partager et commenter ce qui suivra aujourd’hui et à l’avenir.

Alors qu’est ce qui s’est passé depuis quelques mois ? Un petit retour sur les sources.

Tout d’abord, j’aimerai remercier mes partenaires de podcast, j’ai eu l’occasion à leurs contacts de passer des moments merveilleux qui étaient en grande majorité positifs et bienveillants. Internet est un vecteur idéal afin de partager sa passion et il est vrai que ces quelques années (plus de 10 si ma mémoire ne me fait pas défaut) ont été particulièrement plaisantes.

Le podcast était un moyen de pouvoir, même à distance, parler de sa passion, sans filtre, chacun à sa manière. Grâce à de bonnes âmes, j’ai pu créer et faire grandir un projet un peu fou. Une équipe de 2 puis 3 puis 4 puis 5. Chacun apportait sa pierre à l’édifice et c’était un beau projet.

Avec le recul, on a commis énormément d’erreur (de jeunesse?).

Tout d’abord, ne se voir QUE pour enregistrer des épisodes. Enregistrer sur toute une journée. Mon implication qui s’est étiolée avec le temps aussi… plein de choses que je regrette car nous aurions pu continuer un petit bout de chemin. N’empêche que la vie a fait son œuvre. Occupations familiales, professionnelles, on a chacun pris un chemin différent. Il ne se recroiseront probablement pas, mais qui sait ? La vie est tellement pleine de surprise, nous laisserons le destin en décider.

Le modèle à plusieurs n’était plus possible avec un planning chaotique. Leo Parleur, qui était déjà une idée naissante est arrivé quelques mois plus tard.

Sur ça, je n’ai pas grand chose à en dire. Le contrat était clair dès le début, les sorties n’était pas régulières, le contenu non plus. Moins « connu » que Yatta mais plus intime. Il est pour l’instant au terme de sa saison. Le média Podcast n’est plus forcément celui qui m’attire le plus car les retours sont très rares et vous comprendrez au fil de ces lignes que c’est un peu ce qui a provoqué son arrêt.

Même si j’ai pris la décision de stopper un peu tout çà, j’ai laissé l’intégralité du contenu en ligne afin de ne pas perdre autant de travail. Le but premier du média était de faire partager. Même des années après, il reste inchangé.

Parallèlement à tout çà, un peu avant la fin de Yatta, je me suis mis au stream sur Twitch. En 2011 ou 2012, j’ai suivi un marathon de speedrun sur ce site web. Le concept m’a énormément plu, un peu à la mode de Level One. Les retours étaient bien plus immédiats ! Les gens viennent discuter, on échange pendant la partie de jeu (puis plus tard dans les Just Chattin’). De la même manière, j’ai pu rencontrer énormément de gens biens (et toujours une minorité moins bien, mais c’est internet…). C’était un média « neuf » et comme pour le podcast, au début, nous n’étions pas bien nombreux mais pourtant là. Maintenant, l’offre est tellement grande qu’il est quasi impossible de faire parti des élus qui font des énormes « vues ». Est-ce (une nouvelle fois) le but ? Non, le partage est toujours la clé.

Je continue l’aventure Twitch avec beaucoup moins d’assiduité, forcément, obligations familiales et professionnelle oblige, j’ai beaucoup moins de temps à y consacrer.

Enfin, pour clore le passé, la plus grande aventure de ma jeune (?) vie.

Il y a quelques temps, j’ai pu déménager et revenir sur des terres moins hostiles et m’épanouir. J’ai pu reprendre une stabilité professionnelle et organiser mon emploi du temps afin de pouvoir clairement dégager les périodes durant lesquelles je peux du temps libre.

Grâce à ce temps, j’ai accepté la proposition du club de foot dans lequel mon petit frère joue afin de devenir entraineur d’une équipe. C’était un pari un peu fou. J’adore le foot mais entre le voir sur une télé ou des tribunes et être sur le bord de la touche c’est 2 mondes différents.

Commençons par le début, je n’ai pas (encore) d’enfant. Parler à un gosse dans ce cadre là ce n’est pas comme parler à un enfant chez un pote assis dans le canapé ^^. Ensuite, la condition physique. Il a fallut faire quelques petits effort afin de bouger les presque 110kgs et de les faire réduire à 89 maintenant ;D.

Je ne vais volontairement pas trop m’étendre sur le foot ici car je réserve à ce sujet un développement un peu plus conséquent. Juste un bref résumé pour dire que ça m’a probablement sauvé la vie, que c’est quelque chose de très prenant et que cette relation avec les autres aura mis KO le podcast tant elle est forte et bienveillante.

Voilà pour le passé, même si certaines choses sont encore d’actualité.

Le prochain billet parlera de la situation actuelle.

Amitiés,

Dewey

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *